Vins de Sicile, un seul cépage ? #Part 1

Fait incontestable est qu’aujourd’hui, les vins de Sicile sont mondialement reconnus tant pour leurs qualités que par la variété en cépages autochtones qu’internationaux.

Cependant, en ces jours de fêtes vous avez été nombreux à m’écrire pour me poser des questions à propos des vins de Sicile, assez étonné, je me suis dit qu’une « mise au point »  s’imposait…

Une de mes tâches, à travers ce blog, est de promouvoir les vins de Sicile.

Et si comme dans toute passion les amateurs sont suffisamment informés d’autres le sont moins. Ceci dit j’ai comme l’impression que le secteur de la distribution (grande :-() se serait arrêté à un seul cépage, le Nero d’Avola, certes un des plus connus mais bonne nouvelle, pas le seul !

Vins de Sicile

J’ai donc décidé de reprendre ma plume pour reparler de la (grande :-)) variété disponible de cépages siciliens…

Tout d’abord saviez-vous que la Sicile possède le plus grand vignoble d’Italie ? Avec plus de 180000 Hectares plantés la Sicile à une production plus importante que celle de l’Australie.

Ensuite le climat en Sicile, méditerranéen mais avec des accents africains, chaud la journée et frais la nuit. Bien qu’il n’existe pas de climat homogène sur toute l’île, les hivers doux et les étés chauds sont favorables à la végétation méditerranéenne.

Finalement le savoir, qui rappelons–le perdure depuis l’antiquité, aidé depuis près de 40 ans par des investisseurs et des techniques toujours plus avancées permettent ce qu’on appelle aujourd’hui le miracle sicilien.

Mais revenons aux cépages, cet article est intitulé « partie 1 » car je souhaite y consacrer des suites.
Débutons par trois cépages rouges autochtones

Le Frappato

Ce cépage à l’origine très ancienne est présent dans toute la Sicile mais principalement en province de Raguse et Syracuse. Bien que son origine ne soit pas encore définie avec précision l’on attribue le Frappato à la péninsule ibérique. Ce cépage assemblé au Nero d’Avola entre dans la composition d’un vin de Sicile d’appellation DOCG, le Cerasuolo di Vittoria.

Le Nerello Mascalese

J’ai déjà consacré un article sur le Nerello Mascalese, un de mes préférés. Très fruité, ce cépage typique de la zone de l’Etna en province de Catane est cultivé sur les pentes du volcan. Le climat, la composition des terres volcanique font que ce vin est exceptionnel, riche en alcool, fruité (cerises, framboises) Plusieurs DOC sont composés de ce cépages notamment l’Etna DOC et le Faro DOC. Un cépage à découvrir absolument.

Le Nero d’Avola

« Prince de Sicile » Importé par les grecs, ce cépage est fortement connu et exporté dans le monde entier. De part sa qualité, le Nero d’Avola est aussi utilisé pour l’assemblage du Merlot, du Syrah ou du Cabernet Sauvignon. Il est présent dans différentes appellations DOC et IGT. Provenant de l’ouest de l’île l’on retrouvera des vins puissant, au centre une concentration de fruits rouges et de fruits secs pour les vignes plantés à l’est de la Sicile.

Voici donc 3 cépages autochtones siciliens à (re) découvrir, certes il en reste d’autres dit d’intérêts régionaux et locaux mais, comme l’indique le titre de cet article, procédons par étape !

 

Bientôt nous parlerons d’autres cépages de Sicile que sont ;

Cataratto, Grecanico, Grillo, Inzolia, Albanello, Alicante, Carricante, Corinto, Damaschino, Perricone, Malvasia di Lipari, Minella bianca, Moscato bianco, Nerello cappuccio, Nocera Zibibbo etc…

Vos retours sont importants, n’hésitez pas à me laisser vos impressions, connues ou pas, sur ces trois cépages…

A presto,
Lorenzo

Une réponse à Vins de Sicile, un seul cépage ? #Part 1

  • GARNAUDf_ dit :

    Bonsoir, j’aime la viticulture et la viniculture. J’aime découvrir des vignobles dans le monde et particulièrement en Italie. Si je peux vous suivre ce sera avec un grand plaisir. J’aime aussi connaître les cépages et plus ou moins leur correspondance avec les cépages Français ? J’ai eu la chance, dans ma vie, de déguster un 1929 lors d’un repas chez un ami viticulteur. Lors d’un repas à Saint- émilion. Je me suis occupé aussi d’une propriété en AOC Cognac fin-bois. Des différents cépages que j’ai eu à cultiver et à élever, je ne retrouve pas la densité et le fruit que pouvait avoir dans ce vin fabuleux que j’ai eu le plaisir de déguster. Je reste convaincu que la sélection des cépages semble avoir perdu une certaine rusticité et des qualités organoleptiques. la conduite densité de population à l’hectare, vieillissement des ceps doivent aussi influencer le vin et ses qualités aromatiques au delà du terroir et de l’année climatique. je voudrais retrouver : le mourvèdre, le merlot, le cabernet franc, le cabernet-sauvignon, . . . Voilà pourquoi votre démarche est pleine d’intérêt pour moi. J’espère que je ne vous ai pas ennuyé . Belle soirée à vous Frédéric GARNAUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *